Puisque finalement les idées vont et viennent dans ma tête au détour d'une rue, dans un métro, et qu'il ne m'en reste, hélas trop souvent, qu'un souvenir évanoui, les voici. En vrac. Parce qu'une crise de narcissisme aigu m'a fugitivement fait croire à un intérêt général pour mes pensées étriquées.